17ème étape : Azofra - Carrasquedo

Vendredi 4 septembre 2009 : Etape Azofra - Carrasquedo (19 km).

La journée qu'il n'aurait pas fallu vivre, n'est-ce-pas Henri. Catastrophe! Le pire pour un marcheur est de se faire casser les pieds. Un point positif, ça aurait pu être pire.

Le matin petit déj au bar. Départ 7H30 après la chanson des Jacquets sur la place. Le gérant du bar en remerciement, nous offre des tomates (non, pas jeter des tomates, mais offrir). Merci pour ce geste.

 

A la sortie d'Azofra, la croix des pèlerins sous le soleil levant.

Chemin du matin tranquille à travers les derniers rangs de vigne et des immensités céréalières. Un petit peu de pluie nous oblige à caper ou sortir le parapluie pour entrer dans Santo Domingo de la Calzada (nom d'un moine bénédictin du XIe siècle). Visite de la cathédrale, très belle avec con coq et sa poule vivants, comme dans la légende. 

 

    

Et vers midi, en traversant une route, Henri rencontre malencontreusement un chariot élévateur circulant sur la route. Douleur insupportable, ambulance, les urgences (Logroňo), les soins, les radios, une après-midi sans savoir, et son retour le soir vers 22H à l'auberge, le pied gauche platré. Bilan : écrasement du pied gauche, quelques fractures aux orteils ET 2 béquilles. Le périple va s'arrêter là pour lui et pour Arlette.

Pour le groupe, l'après-midi, à la sortie de Santo Domingo, on se déroute pour aller à Carrasquedo, à l'auberge de jeunesse. Tout le monde est tendu, anxieux de ne pas savoir, craignant le pire. Vers 20H, son appel pour aller le récupérer (les récupérer Arlette et lui) à Santo Domingo, à la charge de Stéphane et Jean. Et puis son retour parmi nous à 22H.

L'avis du blessé : les fractures des orteils ne sont rien à coté de la plaie sous le pied. A cet instant, personne ne sait s'il y aura des séquelles et si je reprendrai une marche normale à terme. Je l'espère, c'est tout. Le seul point positif, c'est que la douleur a intégralement disparu. Très heureux d'être de retour et très heureux de l'accueil de tout le groupe. Je vois que certains ont les yeux humides et ça me touche beaucoup.

Après le repas et leur retour, tout le monde va au lit. Il est très tard. Espérons que la nuit sera récupératrice pour tous.

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×