CHABLIS

CHABLIS

 Les origines de Chablis 

Les origines sont toujours obscures, c’est une phrase bien connue, mais ce qui est clair, c’est notre nom.


Appeler Chablis " Porte d’or de la Bourgogne " ne veut pas seulement dire le premier arrêt d’un circuit touristique prometteur, mais aussi rappeler qu’elle fut la porte éclaboussée de sang d’une région de luttes séculaires.


Avant les romains, les peuplades gauloises rivalisaient entre elles, et les Senons, Lingons, Eduens venus de sens, Langres et Autun se battaient dans notre vallée qui vit ensuite déferle les vagues successives des invasions barbares. Parmi eux les Burgondes apprécièrent le pays, s’y fixèrent, et le premier royaume de Bourgogne, sous les Mérovingiens, avait sa frontière qui passait entre Préhy et Chablis. C’est sous les Carolingiens qu’un évêque d’Auxerre, Savarik, conquiert le Tonnerrois et pousse même jusqu’à Lyon.


Puis vinrent les Normands et plus tard les Armagnacs, les Anglais, enfin les protestants et les ligueurs, et chaque fois ruines et désolation, mais nos aïeux ont su reconstruire avec obstination ce pays où nous aimons retrouver les traces de son passé.

 

Le Camping de Serein 

Le camping du Serein est ouvert du 1er juin au 30 septembre, et vous offre 50 emplacements, dans un cadre calme et verdoyant, au bord de la rivière Le Serein.

Vous trouverez ici l'endroit idéal pour vous reposer. Sur le terrain de camping de Chablis :
  jeux pour enfants   ping-pong   terrain de volley-ball et de pétanque   pêche…
A proximité :
tous commerces, restaurants, tennis, sentiers de randonnée…
Tél : 03.86.42.44.39 en saison ou 03.86.42.80.80 hors saison

Histoire des vins de Chablis 

Avec ses misères et ses bonheurs, l’histoire de Chablis ressemble à celle de la France. Dans l’état des connaissances archéologiques actuelles, il est certain qu’existaient des établissements ruraux gallo-romains au confluent du ru de Vaucharmes et du Serein.

Mais les premiers écrits citant Chablis remontent à l’an 867, lorsque le roi Charles-le-Chauve, petit-fils de Charlemagne, fit don de la "cellam Capleiam (monastère de Chablis), ses églises, ses maisons, ses vignes et les serfs des deux sexes y habitant aux chanoines de Tours" fuyant les Normands et réfugiés à l’abbaye Saint-Germain d’Auxerre depuis 854.

Les religieux s’y installèrent, plantèrent de la vigne et mirent en valeur celle qui existait déjà. Dès le Moyen Âge, on exportait le vin de Chablis vers l’Angleterre par Rouen, vers la Picardie et les Flandres par Compiègne. En 1455, les registres des "Compagnies Françaises" relèvent le passage de 67 barriques de vin de Chablis acquises par "un marchand de Maubeuge ou du pays de Hénault". Le vin de Chablis était donc déjà renommé.

Dès lors, le village de Chablis se développe, sur la ‘ville haute’ avec l’église Saint-Pierre, l’Hôtel-Dieu, le prieuré Saint-Cosme et, dans la ‘ville basse’, autour de la collégiale Saint-Martin. C’est la guerre de Cent Ans qui explique qu’au début du XVème En 1478, Pierre Le Rouge obtient le privilège royal d’établir à Chablis la cinquième imprimerie de France.
1568 : février noir pour Chablis : les Guerres de Religion embrasent la ville, Chablis est pillée par les Huguenots, mais la ‘ville basse’ évite l’incendie qui a déjà ravagé le faubourg Saint- Pierre (‘ville haute’) par le versement d’une rançon. Il faudra attendre longtemps pour que Chablis s’en remette.
Malheureusement, tout le vignoble fut détruit par le phylloxera au XIX ème siècle ; La Grande Guerre 14-18 laissa le pays exsangue. Après plusieurs dizaines d’années de travail acharné, la vigne fleurissait à nouveau
.

Au cours de la Seconde Guerre Mondiale, le bombardement du 15 juin 1940 détruisit le cœur historique de Chablis. 1949 marque la renaissance de la ville et de son vignoble : les vins pouvaient retrouver la route qui les avait conduits sur les tables du monde entier.

C’est surtout à partir des années 60 que le vignoble connaît, grâce au dispositif de protection contre les gelées de printemps, l’essor qui le lance définitivement sur le chemin de sa renommée actuelle.

Spécialités locales

Quelques recettes : 

Le jambon à la chablisienne 

C’est Charles Bergerand, sans doute un des piliers de la gastronomie locale, ancien propriétaire de l’hôtel de l’Etoile durant la première moitié du 20ème siècle, qui lança cette recette merveilleuse du jambon chaud à la "mode d’ici". Il faisait cuire un jambon entier avec l’os dans du vin de Chablis et des aromates. Il montait ensuite une sauce délicieuse qu’il mélangeait avec un concassé de tomates. Il dressait alors l’assiette avec des pâtes fraîches et des épinards, ce jambon réchauffé et la sauce.

Recette pour 8 personnes :

16 tranches de jambon braisé                4 échalotes grises
1 branches d'estragon                             1 bouteille de Chablis
1 boite de concentré de tomate              1 cuillère à soupe de farine
50 cl de crème fraîche

  Dans une casserole, mélanger les échalotes hachées avec l’estragon. Verser la bouteille de Chablis et faire réduire de moitié.

  Ajouter ensuite le concentré de tomates. Passer dans un chinois en prenant soin de bien tout écraser. Délayer la farine avec quelques cuillères de ce jus. Ajouter la crème fraîche.

Les gougères 

  Disposer le jambon roulé dans un plat allant au four, le recouvrir de la sauce. Servir chaud.    Les gougères Recette pour 4 à Recette pour Recette pour 4 à 6 personnes :

250 g de farine                6 oeufs
120 g de beurre                100 g de gruyère
sel et poivre

  Mettre 4 dl d’eau dans une casserole avec 100 g de beurre. Faire chauffer à feu très vif, porter à ébullition.

  Retirer la casserole du feu. Incorporer la farine et tourner vigoureusement avec la cuillère en bois afin de bien mélanger la pâte.

  Remettre la casserole à feu doux et, tout en continuant de tourner avec la cuillère, laisser se dessécher la pâte jusqu’à ce qu’elle n’adhère absolument plus à la casserole.

  Hors du feu, ajouter 5 œufs, un par un, et le gruyère détaillé en petits cubes, poivrer. Beurrer une plaque et faire des petits tas de pâte avec une cuillère, les dorer à l’œuf et faire cuire pendant 45 mn à four moyen. 

L’andouillette de Chablis

 L’andouillette fait, elle aussi, partie intégrante du patrimoine chablisien. Elle est l’arrière-petite-fille de l’andouillette du Père Gourmand, un charcutier local, très pittoresque, qui eut son heure de gloire avant et après la Seconde Guerre mondiale, en tenant boutique pendant une quarantaine d’années en centre-ville. L’andouillette de Chablis est fabriquée à partir d’intestin de porc, en grande longueur. D’une texture moelleuse, son goût est épicé. Pendant 100 ans, la diffusion de l’andouillette de Chablis est restée restreinte. Puis, dans les années 1970, sous l’impulsion de deux maisons locales, l’andouillette prend son essor.

Les producteurs d'andouillettes à Chablis :

  La maison de l'andouillette - 3 bis, place du Gal de Gaulle

  Marc Colin - 3, place du Gal de Gaulle

  Maison Rousselet - andouillettes disponibles au magasin 'le cep          gourmand' - 15, Rue auxerroise

Recette :

 L'andouillette se sert généralement rissoléé ou mijotée avec du Chablis.

  Piquez 4 andouillettes avec une fourchette sans pratiquer d’incisions trop larges. Dans une sauteuse, faites fondre 25 g de saindoux afin de dorer les andouillettes sur toutes les faces. Puis retirez-les et égouttez la graisse.

  Remettez la sauteuse à feu doux avec 80 g d’échalotes finement hachées. Laissez-les blondir environ 4 minutes et ajoutez 25 cl de vin de Chablis que vous laissez bouillonner 3 ou 4 fois.

  Remettez les andouillettes, couvrez et laissez cuire 20 minutes en retournant à mi-cuisson. Retirez les andouillettes et posez-les dans des assiettes chaudes.

  Mélangez, hors du feu, 1 cuillérée à soupe de moutarde à la sauce, rectifiez l’assaisonnement et répartissez sur les andouillettes.

  Servez très chaud.

Le vignoble autours de Chablis

Le vignoble autours de Chablis

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site