VEZELAY

VEZELAY

VEZELAY

Vézelay, haut lieu de la chrétienté depuis le moyen âge, très fréquentée en raison du culte des reliques de Marie-Madeleine, devient un point de ralliement du pèlerinage de saint Jacques de Compostelle (Espagne).

En 1146, Saint Bernard y prêche la seconde croisade. Philippe Auguste et Richard Cœur de Lion s’y donnent rendez-vous pour la 3ème croisade en 1190. En 1217, le premier couvent franciscain s’y installe à l’endroit même où fut prêchée la seconde croisade. Le roi saint Louis aime venir se recueillir à Vézelay.

C’est au milieu du XIIème siècle que commence le déclin de Vézelay avec la découverte de nouvelles reliques de Marie Madeleine à saint Maximin. En 1537, l’abbaye est sécularisée et les moines remplacés par les chanoines. Au XVIème siècle, durant les guerres de religion, Vézelay est le théâtre de sérieux affrontements. La révolution n’épargne pas la ville et l’abbaye est vendue comme bien national en 1796.

Sauvée de la ruine et de l’oubli au 19ème siècle par l’architecte Viollet-le-Duc, la basilique demeure un chef d’œuvre incontesté de l’art roman. Dominant la vallée de la Cure, campée sur les contreforts du Morvan, la colline de Vézelay s’aperçoit de très loin comme si elle surgissait des champs et des vignobles.

Basilique Vezelay

Le Village.
Les charmes de Vézelay se méritent, ils se découvrent aux flâneurs, aux curieux, aux courageux, aux amoureux. Chaque détail, chaque pierre, chaque raie de lumière, les rend tous plus fidèles encore à la «Colline Eternelle»

Porte neuve

Le bourg médiéval s’étage sur tout un versant de la colline, écrin de pierre tendu vers son joyau… la basilique.
En cheminant dans les ruelles étroites et tortueuses aux vieilles maisons bâties sur des caves, le visiteur s’initie au mystère de Vézelay…

Les maisons romanes (Centre Ste Madeleine, Maison des Ursulines…) côtoient les demeures d’époque Renaissance (Maison Théodore de Béze…) et les bâtisses des XVII et XVIIIème siècles (Hôtel de ville, Maison du Pontot…).
En empruntant les rues Saint-Étienne et Saint-Pierre, vous découvrez les boutiques et commerces, les galeries d’Art, les restaurants et cafés…
Soudain la montée se fait plus douce, les perspectives s’élargissent et l’on découvre avec enchantement cette «barque qui a jeté l’ancre sur l’horizon » (Paul Claudel) : l’église de la Madeleine.

Les maisons romanes (Centre Ste Madeleine, Maison des Ursulines…) côtoient les demeures d’époque Renaissance (Maison Théodore de Béze…) et les bâtisses des XVII et XVIIIème siècles (Hôtel de ville, Maison du Pontot…).
En empruntant les rues Saint-Étienne et Saint-Pierre, vous découvrez les boutiques et commerces, les galeries d’Art, les restaurants et cafés…
Soudain la montée se fait plus douce, les perspectives s’élargissent et l’on découvre avec enchantement cette «barque qui a jeté l’ancre sur l’horizon » (Paul Claudel) : l’église de la Madeleine.

Un détour par la terrasse de l’ancien château des abbés dévoile d’autres merveilles : les remparts ceinturant la ville et un large panorama rythmé par la vallée de la Cure, les buttes calcaires au nord et les reliefs boisés du Morvan au sud.

La Basilique sainte Madeleine « Chef d’œuvre incontesté de l’art roman ».

A l’origine, au IXème siècle, simple monastère bénédictin fondé par Girard de Roussillon, l’abbaye de Vézelay devint, grâce à ses reliques, un des hauts lieux de la foi médiévale.

Sa façade est sobre et humble, son plan est simple : une croix latine. Faire le tour de l’édifice donne une idée de son ampleur, plus de 120 mètres de long.
• Le narthex ou avant-nef (1140), lieu d’accueil des pèlerins qui dans la pénombre, se préparaient à pénétrer dans la nef lumineuse
• La nef (1120) haute de 18 mètres comporte dix travées rythmées par des arcs-doubleaux clairs et foncés. Sur chacun des piliers, des chapiteaux historiés représentent des scènes de la bible et de la vie des saints.
• Le chœur gothique (fin XIIème siècle), d’où jaillit la lumière, est surmonté d’un triforium.
• La crypte carolingienne sous l’autel, renferme les reliques de Marie-Madeleine.
• Le transept se prolonge au sud par la salle capitulaire et le cloître du XIIème siècle.

Le chœur gothique

La BASILIQUE SAINTE MADELEINE est ouverte toute l'année du lever au coucher du soleil.
L'entrée est libre et gratuite.
Les Offices sont chantés en français, en polyphonie à quatre voix, par les moines et moniales des fraternités monastiques de Jérusalem.
Pèlerinage annuel de Ste Madeleine : le 22 juillet

Basilique
     


 


 



 

 

 



 



 

 


 


 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site